Carnet d'entrevues

Une chineuse et son chef

Dès notre première conversation, elle s’illumine en parlant de Montréal, la ville qu’elle a choisie il y a longtemps. «Moi, j’ai subi l’ablation de la banlieue très jeune! À cinq ans, de ma Rive-Sud natale, je pointais les gratte-ciels en disant: je veux vivre là!». Et c’est ce qu’elle a fait au sortir de l’adolescence. Depuis, elle a souvent changé de quartiers, mais elle est toujours restée sur l’île. Toujours là où ça grouille de vie et de possibilités! Voici le Montréal de Chantal Lamarre!

L’actrice et animatrice, que l’on peut voir chaque semaine dans les émissions Infoman et Les dieux de la danse, déclare sans retenue qu’il fait bon vivre à Montréal. D’abord parce que tout se fait à pied. «Avons-nous le choix?», lance-t-elle avec un sourire complice. Chantal aime aller à la rencontre des gens et des commerçants qui sont animés par une passion. Elle adopte d’ailleurs ses préférés. Elle nous parle ici de «son» restaurateur et… de «ses» brocanteurs!

Chantale Lamarre, une chineuse…

Écumer les vides greniers est un plaisir honorable pour Chantal Lamarre. «J’aime fouiller pour dénicher des trucs rigolos, rétro ou kitchs». Cette passion lui vient de son enfance alors que sa mère et ses tantes l’amenaient dans les bazars de la Place Bonaventure; «Maman me donnait 5$. On se battait presque, avec mes cousines, pour trouver LA plus belle affaire! Souvent, c’était une robe cocktail, dans mon cas».

Cette anecdote n’est pas sans nous faire penser à son duo de chanteuses Les Galipeau’s qui saute d’un jumpsuit à l’autre pour rendre un hommage coloré aux années 60. C’est d’ailleurs dans les marchés aux puces et les boutiques pour chineurs que Gert et Gayle Galipeau — Chantal Lamarre et Sylvie Dumontier — se procurent leurs accessoires et costumes.

Montréal de Chantal Lamarre

… et son chef

Or, ce n’est pas aux puces que Chantal nous donne rendez-vous, mais bien dans son quartier, Notre-Dame-de-Grâces, où se cachent, selon elle, de petites merveilles. Chantal adore les commerces de proximité. Elle a donc voulu nous présenter un de ses voisins, Endo Tadayuki, chef et propriétaire du Jardin Iwaki. «Ce gars-là est un artiste», nous dit-elle, «il éprouve un réel plaisir à cuisiner. Ça parait dans chaque détail».

Au Jardin Iwaki, l’ambiance est calme et le décor simple. Endo, candide et courtois, raconte avoir choisi pour son restaurant le nom de sa ville natale, Iwaki, lourdement éprouvée par le tsunami et le tremblement de terre de 2011. Sa demeure d’enfance en a d’ailleurs subi les ravages. C’est donc comme s’il avait apporté cette maison. Et il y accueille les clients comme on reçoit de la visite. D’ailleurs, une soirée là-bas ne s’improvise pas. On doit y être attendu: réservation obligatoire. «Et ça vaut la peine parce qu’on passe un moment qui ne ressemble à aucun autre», nous assure Chantal.

Trois choix de menu, trois prix et une multitude de découvertes. Du tataki de thon blanc, aux okonomiyakis (crêpes farcies), aux champignons wakamé et shiitake, à la soupe d’algues et riz, aux assortiments de bouchées de crabe, en passant par le canard, le caviar et plus encore. «Endo nous offre une expérience tout ce qu’il y a d’original; c’est beau, bon et servi à un rythme qui s’approche du rituel», déclare Chantal, pleine d’admiration; «Un vrai voyage au Japon»!

Le Montréal de Chantal Lamarre

C’est pour ce genre de trouvailles et de rencontres que Chantal Lamarre raffole de sa ville. Elle aurait aimé nous faire découvrir encore mille autres facettes de «son» Montréal. Mille visages qui, comme une brocante bigarrée ou un resto de quartier, ont tous pour point commun la richesse des passionnés qu’on y croise.

Le restaurant Jardin Iwaki est situé au 5887 Sherbrooke Ouest, Montréal, QC H4A 1X6. Veillez à réserver au (514) 482-1283.

Pour en savoir plus sur Les Galipeau’s, visitez leur page Facebook ou leur chaîne YouTube.

Merci à notre invitée du mois, Chantal Lamarre.

 

Le Montréal de Chantal Lamarre

Source: Radio-Canada

 

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire