Vie de quartier

La ville aux milliers de parcs

J’aime beaucoup Montréal pour son énergie, sa vitalité, sa diversité… mais, surtout, pour son amalgame de commerces, de brouhaha très « ville » et des perles d’espaces verts et de parcs disséminés partout, partout, partout! Au-delà des aménagements parfois insolites, parfois romantiques, je me suis questionnée, à savoir qui sont donc ces gens qui semblent assez importants pour mériter leur propre parc?

Je suis donc partie à la découverte de ces personnes et de leurs parcs. Allons-y par arrondissement. Ce n’est qu’un début, car je me suis lancé le défi d’en découvrir plus sur elles et sur ces espaces verts, à chaque changement de saison. Saviez-vous qu’à l’émission C’est pas trop tôt, en 2014, un chroniqueur s’était également attelé à la tâche? Heureuse découverte de mes recherches 🙂

Le Plateau

Parc La Fontaine

Il s’agit d’une ancienne ferme convertie en parc d’exercices militaires pour les soldats britanniques. En 1845, les autorités trouvaient déjà que Montréal manquait d’espaces verts et ont convertit l’endroit en parc public. À cette époque, toutes les fleurs que l’ont pouvait admirer dans la ville y étaient produites. Il est nommé en l’honneur du premier ministre Louis-Hippolyte La Fontaine. Plus tard, le maire de Montréal Camillien Houde inaugura le chalet-restaurant, puis suivra l’idée du théâtre de Verdure, réalisé à la façon des amphithéâtres antiques et où se sont longtemps produits Clémence Desrochers, Pauline Julien, Raymond Lévesque… et qui offre, encore aujourd’hui, une programmation variée et gratuite! Le jardin des merveilles, avec ses décors de fables et les animaux, ne resteront que deux ou trois ans. Si vous êtes curieux, je vous suggère ceci.

Place Gérald-Godin 

Oui, c’est exactement là où se trouvent les chaises vertes géantes, vous ne pouvez pas les manquer! Ce Godin, en plus d’avoir été le conjoint de Pauline Julien, fut un poète d’avant-garde et un homme politique important. Journaliste à Radio-Canada, il fut le ministre responsable de mettre en application la Loi 101, la Charte de la langue française… Il est possible de lire son poème Tango de Montréal sur un mur à coté de la station de métro Mont-Royal.

Parc-Extension

Parc Athéna

Évidemment, nul besoin de rechercher bien loin pour savoir qui était Athéna, déesse grecque de l’art et la sagesse. La question qui vient est plutôt: « Pourquoi un parc en son honneur, inauguré en 1986 et où l’on ajouta une statue en 2000? » Tout simplement en l’honneur des nombreux immigrants grecs venus s’installer dans le quartier depuis de nombreuses années. Ce parc compte officiellement parmi les plus multiethniques du Canada. De nombreuses manifestations et activités s’y tiennent en soutien aux personnes sans statut. Quelle richesse!

Mercier-Hochelaga–Maisonneuve

Parc Carlos-d’Alcantara

Épopée romantique: ce comte espagnol, tombé follement amoureux de la ballerine Claire Clatteau, renonça à ses titres de noblesse pour débarquer à Montréal et épouser sa belle. Devant refaire sa vie, il s’investit dans l’horticulture et, après 5 générations, encore aujourd’hui, ses descendantes poursuivent son œuvre! Elles sont les Dames d’Alcantara, si vous voulez les découvrir.

Outremont

Parc Outremont

Lieu mythique, ce grand parc semble tout droit sorti d’une autre ère. Le nom étant issu des mœurs d’une autre époque (devant traverser en carriole le Mont-Royal, les gens nommèrent ce secteur « outre-le-mont »), il est plus difficile de trouver les débuts de ce parc. Cependant, il est fascinant de savoir que s’y déroulent des œuvres comme L’Hiver de force de Réjean Ducharme, L’impromptu d’Outremont de Michel Tremblay ou encore Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière! D’autres excellentes raisons pour y faire une pause-lecture près du bassin ou à l’ombre des arbres-pierres tombales. Des familles ont choisi ceci au lieu des tombes régulières, les plaques sont suspendues aux arbres… À voir!

Mile End

Parc Lhasa-De Sela

Impossible de passer sous silence l’inauguration de 2014 qui a changé le nom du parc Clark pour celui de cette chanteuse, auteure et compositrice d’origine américano-mexicaine. Lhasa De Sela avait choisi le Mile End pour en faire son cocon, son lieu de création. Décédée en 2010, elle laisse encore des traces tangibles de ses énergies si particulières dans ces espaces. Si vous ne connaissez pas son univers, je vous suggère de le découvrir par ici.

Difficile de ne pas remarquer la presque absence des femmes dans la toponymie montréalaise. Seulement 3% à 10%, au mieux, des parcs sont nommés en l’honneur de grandes Femmes. D’ailleurs, cet article est fort intéressant, car la réalité n’est guerre différente du côté des rues. Espérons que 2017 marquera le début d’un changement.

N’hésitez pas à nous écrire si vous profitez d’une perle rare et verte autour de chez vous, qui mériterait d’être plus connue! Je me promets de profiter de la venue de l’automne (houuuu, tellement ma saison préférée!) pour allez découvrir des petites perles inconnues, des parcs de plus petites dimensions mais qui révèlent de Grands Noms!

Envahissons nos beaux et précieux parcs!

Enregistrer

Enregistrer

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire