Vie de quartier

Suivez la track

En 2011, j’emménageais dans un nouveau quartier, le Mile-End. Je ne savais pas comment atteindre ce coin de la ville, hormis l’été au hasard d’une piste cyclable qui m’y menait contre toute attente. Finalement, j’ai emprunté ce viaduc qui me rebutait, je l’ai parcouru en plein vent par une fraîche soirée de janvier, et j’ai constaté que ce quartier n’était pas l’enclave que je m’imaginais, mais se situait seulement à 10 minutes (15 avec le facteur vent) du métro Rosemont.

En arrivant dans ce coin de la ville, j’ai fait une autre découverte étonnante.

Elle s’appelle la track.

Les Montréalais de longue date la connaissent bien et l’ont maudite maintes fois à cause des détours qu’elle engendre, tout ça pour à peine deux passages de train par jour.

Moi, je ne la connaissais pas plus que ça, je ne visualisais pas son tracé. Mais lorsqu’on m’a parlé d’une bande de terre longeant une voie ferrée, je n’ai bizarrement pas eu envie de courir la découvrir.

Non, les mots qu’elle m’évoquait d’entrée de jeu étaient plutôt coupe-gorge, piquerie, squat. Tout un programme! Sans doute des réminiscences de mon pays d’origine, qui classe les abords des gares et les coins sombres peu fréquentés dans cette catégorie peu rassurante.

Et pourtant, je m’y suis aventurée. De jour pour commencer — soyons raisonnables — et accompagnée — pas folle, la fille! — pour un footing matinal.

J’ai cherché les junkies, guetté les regards louches et traqué les détraqués, mais rien. Il régnait une atmosphère paisible et même agréable.

Et là, je me suis souvenue. J’habitais Montréal.

J’en eus confirmation en croisant ce coureur souriant qui me fit un petit signe de la main, en voyant ensuite ce papa tirer son petit à vélo et cette vieille dame, plus loin, ramassant de l’herbe fraîchement coupée pour je ne sais quel usage.

De toute évidence, le parc linéaire longeant la track faisait partie du paysage urbain au lieu d’en être la face cachée, honteuse.

Maintenant, j’ai pris l’habitude de courir sur cette langue de terre, de Saint-Urbain à Boyer, d’où j’oblique en direction du parc Laurier. De barrière entre deux quartiers, cette voie de chemin de fer devient trait d’union. Il suffit d’en enjamber les rails, de se faufiler entre les barbelés maintes fois rafistolés puis éventrés de nouveau, et on sent monter l’excitation de braver l’interdit. Après un rapide coup d’œil de gauche à droite pour s’assurer qu’aucun train ne se pointe — ça nous mettrait en retard — et après le soulagement de ne pas trouver la police du CN de l’autre côté, on éprouve une certaine satisfaction face au temps gagné et à la petite transgression de la journée.

Le long de cette track, je retrouve ma copine de Rosemont pour une course amicale et, ensemble, on se plaît à compter les wagons quand un train de marchandises vient à passer. Mes statistiques de course ne se résument pas à mon kilométrage, mais plutôt aux wagons dénombrés. Mon record est de 132. Qui dit mieux?

Aujourd’hui, cet endroit si spécial fait partie intégrante de mon quartier. Mes pas m’y mènent en famille, à la tombée de la nuit, quand, guidés par une musique entraînante, nous tombons sur une fanfare festive. Cuivres et percussions de The Van Hornies y font vibrer le viaduc au son de leurs rythmes cadencés.

On est sans doute loin du brouhaha émanant du quartier au début du 20e siècle, avec ses manufactures florissantes et ses trains de passagers en direction de Québec. Néanmoins, les abords de la track reprennent vie d’une belle autre manière. D’un côté avec le Champ des possibles et le Mile-End bouillonnant, et de l’autre avec ce parc linéaire propice au passage et aux regroupements festifs. Preuve en est cette première édition du Festival Mile End Ex organisée en septembre sous le viaduc Van Horne.

Le viaduc sera une fois de plus à l’honneur à l’occasion de Viaduc 375. Du 3 au 8 octobre, il fera un pont avec son passé ferroviaire à travers des visites guidées et des animations, avec un accès totalement piétonnier.

Prenez le train en marche!

Pour en savoir plus sur le patrimoine ferroviaire du Mile-Endhttp://memoire.mile-end.qc.ca/fr/gare-du-mile-end/

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire