Découvertes

Y’a un trou dans ta mitaine

Il y a trois ans, dans les allées des designers de la cinquième édition de l’événement HAUT+FORT, je suis tombée nez à nez avec Michèle et Léonce.

Michèle est une jeune Québécoise dans la trentaine au grand sourire. L’invitation y est, elle a quelqu’un à vous faire rencontrer. Vous y glissez vos mains, vous y passez votre tête, la rencontre avec Léonce est là. Des mitaines et des foulards locaux et écoresponsables avec lesquels vous raconterez votre hiver autrement.

Tout a commencé…

Dans les couloirs du CÉGEP du Vieux-Montréal, Michèle explore et s’explore créativement. Quatre à cinq ans avant sa rencontre avec Léonce, Michèle, au détour d’une formation technique en design et impression textile, se lance alors dans une première aventure. Avec quelques amis, elle lance une gamme de vêtements prêt-à-porter sérigraphiés. Ils créent. Ils vendent. Ils désenchantent. Un débalancement se crée toutefois entre leur élan créatif et la réalité de la vente. Cette aventure s’arrête. Michèle la quitte sereinement.

Puis, sa dextérité manuelle l’amène sur un autre chemin pendant quelque temps. De designer textile, elle devient alors massothérapeute. Massothérapeute autonome, une blessure chronique la force à s’arrêter. Le temps ralentit, s’étire, mais ses mains palpitent encore. Michèle continue à créer. Pour elle et pour les autres. Et de cette palpitation créative se détache une gamme hivernale unisexe que porte fièrement Léonce depuis. Nous sommes en 2016 et la rencontre entre Michèle et Léonce vient de se faire.

Crédit photo: Daniel Royer

Léonce, s’entreprendre et se créer

Premier pharmacien de sa ville, Léonce est le grand-père maternel de Michèle. L’amour qu’elle lui porte l’inspire.

Michèle puise au-delà du prénom de cet homme et donne des allures de prescriptions pharmaceutiques à ses étiquettes. En effet, vous tenez entre les mains un remède contre le froid. Des conditions – d’octobre à mars et plus si affinités ou hiver prolongé – aux effets secondaires – sensation de chaleur. Tout y est pour que vous preniez soin de vous cet hiver.

Par le programme de Soutien au Travail Autonome d’Emploi Québec – tremplin pour les créateurs et créatrices de leur entreprise ou pour travailleurs et travailleuses autonomes –, une aide financière mène Léonce au Salon des Métiers d’Art de Montréal en 2016. Un rendez-vous des créateurs québécois et des créatrices québécoises d’une dizaine de jours où le succès est immédiat. En cinq jours, la gamme Léonce est emportée et portée par les visiteurs et visiteuses du Salon.

En famille et entre collaborateurs

Aujourd’hui, en 2018, cela fait trois ans que Michèle marche main dans la main avec Léonce. Le même travail se poursuit. Michèle conserve précieusement ses patrons et travaille avec les mêmes collaborateurs.

D’abord, l’entreprise montréalaise Tricot Bains Textile Mills confectionne en famille les tissus de coton biologique et de bambou des mitaines et foulards, dont le polar intérieur des mitaines. Ensuite, les Services de Coupe 3P récupèrent ces tissus pour leur découpe. À cette étape, l’impression des motifs est déjà faite dans l’atelier partagé de sérigraphie le Gymnase, au 5445 rue de Gaspé. Ce regroupement estconnu et reconnu dans le Mile-End pour ses artistes, artisans, organismes culturels et petites entreprises créatives. Espace de travail collaboratif où la conception créative et les finitions trouvent leur place – la couture et l’assemblage des étiquettes.

Cette année, aussi, de nouvelles collaborations ont élargi le spectre créatif de Léonce. Grâce aux univers des illustrateurs Alexandre Boisvert, Samuel Jacques et des illustratrices Amélie Tourangeau, Célia Marquis et Anne-Julie Dudemaine, les mitaines gauches et droites se rencontrent avec fantaisie, gourmandise et un brin de folie.

Enfin, une collaboration familiale présente également une série de mitaines en laine tissée à la main – coup de cœur spécial de ma part pour celles-ci cette année!

La gamme Léonce a su s’ancrer et s’affirmer sur le marché des designers montréalais. Et cela grâce au dévouement de sa créatrice qui ne compte pas son temps. Aujourd’hui, rêvant à un dessein plus grand.

Crédit photo: Fabien Dumas

Voir la vie en grand

Michèle est ancrée dans cette génération que je connais tant — en faisant partie moi-même. Rêvant d’abord d’une entreprise qui soit le reflet de soi-même avec ses valeurs, sa gestion du temps et un nouvel équilibre avec ses aspirations personnelles. C’est une responsabilisation de soi, de ses réussites comme de ses échecs.

« Il n’y a personne qui m’impose ce que je fais. » Michèle

Car Michèle se dédie corps et âme dix à douze heures par jour sur quatre mois de l’année. Un rythme qu’elle parvient à maintenir grâce au soutien qu’elle rencontre chez sa famille et ses amis. Le reste de l’année, elle se prépare à cette haute saison qu’est l’hiver pour Léonce et elle. Financièrement parlant et créativement parlant. Son souhait: dédier le même temps, quatre mois par année, à ses projets personnels et à des voyages. Pour atteindre ce but, Michèle amène Léonce à s’affirmer comme une entreprise québécoise locale, juste et écoresponsable.

  • Locale, en maintenant sa création et sa production, ici, au Québec.
  • Juste, en engageant une équipe à un salaire décent au-dessus du minima du marché actuel du travail.
  • Écoresponsable, en choisissant des matières premières respectueuses de l’humain et de son environnement.

Enfin, Léonce se lance ainsi sur le marché canadien. Pour une deuxième année, au marché One of a Kind de Toronto jusqu’au 2 décembre. Et pour la première fois cette année, avec une participation à la Biennale des Métiers d’Art au Carrousel du Louvre à Paris.

Quant à son affirmation sur le marché des designers montréalais, la gamme est toujours présente à divers pop up et événements. Comme, à la thématique «C’est chromatique !» de la boutique Bref sur Bernard jusqu’au 30 décembre.

Allez donc rencontrer, cet hiver, la créatrice derrière ce projet. L’hiver est leur terrain de jeu.

Vous pourriez aussi aimer...

3 Commentaires

  • Reply
    Geneviève
    29 novembre 2018 at 01:39

    WoW quelle belle histoire et quelles belles mitaines!

    • Reply
      Patricia Maheu
      29 novembre 2018 at 14:03

      Oui nous sommes bien d’accord avec vous 😉

      Merci d’avoir pris le temps de nous écrire Geneviève.

      Au plaisir

  • Reply
    Mathilde Lieber
    29 novembre 2018 at 14:19

    Chère Geneviève,
    Je me joins à Patricia et vous remercie d’avoir découvert l’histoire de Michèle et de Léonce en ma compagnie.
    Bel hiver à vous

  • Laisser un commentaire