Carnet d'entrevues

Louise Portal comme une grâce dominicale

À l’approche des fêtes, offrons-nous un cadeau et imaginons ensemble un dimanche parfait. Des flocons virevoltent autour de nous. Un air frais ravive nos teints et le carré Saint-Louis scintille de toute sa blancheur. Des chiens, des poussettes et des parkas filent devant nos yeux dans une cacophonie heureuse qui sonne comme la vie. Nous attendons une amie. Et cette amie, nous la voyons arriver rue Square Saint-Louis, sourire aux lèvres. Elle s’engage dans un sentier du parc et nous rejoint, d’un pas léger, voire céleste, près du pavillon de l’ancienne vespasienne. Puis, elle arrive à nous! Notre cadeau, c’est de passer un après-midi avec Louise Portal. Elle nous propose de nous présenter son Montréal bien à elle.

louise Portal comme une grâce dominicale

Commencer par la librairie

Louise revient tout juste de déjeuner au Café Cherrier, un endroit qu’elle affectionne. Elle nous annonce derechef qu’elle a beaucoup à nous dire. Son enthousiasme pour Montréal est contagieux et on ne peut qu’accepter lorsqu’elle nous propose, de sa voix chantante, une visite à la Librairie du Square.

Tout en parcourant les quatrièmes de couverture chez le bouquiniste indépendant qui offre une variété d’ouvrage de littérature, poésie, théâtre, et philosophie, Louise nous parle de sa passion pour les mots. Depuis le début de son adolescence, elle rédige quotidiennement son journal intime. «J’en suis à mon 112e cahier», déclare-t-elle fièrement. Elle nous confie qu’écrire est un besoin autant qu’un plaisir.

Puisqu’on discute littérature, Louise a l’idée de nous lancer un défi. Mais d’abord, il faut nous rendre dans le Vieux-Montréal. «J’aime prendre des marches dans la ville, il y a toujours de l’animation»! Tout en descendant la rue Saint-Denis, Louise nous raconte être arrivée à Montréal en 1968, après l’exposition universelle. C’est à cette période qu’elle découvre le Vieux-Montréal, où elle vivra quelques années plus tard. Elle jouait alors dans des revues musicales à l’Archevêché, de la Place Jacques-Cartier, ou bien encore à l’Hôtel Nelson. «Des années d’effervescence, déclare-t-elle, autant pour le Québec que personnellement, puisque ma carrière d’actrice et de chanteuse débutait».

Cela lui rappelle que la veille, elle est allée au Beaubien, son cinéma favori. «C’est un cinéma de quartier qui présente des films de qualité, dont beaucoup de productions québécoises. Je trouve que les propriétaires ont de l’audace». Alors qu’elle pourrait nous parler de sa participation à plus de 35 films, autant au Québec qu’à l’étranger, elle préfère encenser ses pairs créateurs si persévérants dans le sombre contexte actuel.

louise Portal comme une grâce dominicale

Source: Hôtel Gault

En passant par la papeterie

Devant la Basilique Notre-Dame, elle nous guide vers la gauche pour nous faire découvrir la papeterie Casse-noisette. «C’est ici, nous dit-elle, et je mets quiconque au défi de ne rien acheter»! Selon elle, il est impossible de résister: « On a envie de tout prendre». La papeterie offre effectivement un grand choix de carnets, cahiers, cartes et crayons qui donnent tous envie d’écrire.

Lorsque nous sortons de la boutique, le jour descend doucement sur Montréal. Arrivée à l’intersection des rues Saint-Sulpice et de la Commune, elle pointe la patinoire du Vieux-Port et déclare, les yeux pétillants: «J’y ai rencontré Jacques, mon mari». L’éclat de sa voix en dit long sur la passion de Louise Portal pour la vie.

Terminer par l’hôtel chic

Après nous avoir fait découvrir un Montréal littéraire, un Montréal créatif et même un Montréal romantique, elle nous propose un verre dans un Montréal chic. «L’Hôtel Gault a beaucoup de classe avec son immense hall et ses expositions sur les murs». Louise Portal y a fait deux lancements de livres. «La cuisine est délicieuse et abordable, l’ambiance conviviale et chaleureuse». Louise nous parle alors de ces nombreux projets à venir, les films Les loups de Sophie Desraps et Everything outside de David Cindly, la série Cheval Serpent, les conférences qu’elle donne et aussi, son prochain roman qui sortira en février.

Dehors, la nuit est bien installée et nous réalisons comme le temps a vite passé. Déjà, il faut remercier et quitter la passionnante Louise Portal. Mais, loin d’être tristes, nous repartons énergisées par ce cadeau imaginé: ce beau dimanche en compagnie d’une fée, à la fois muse et créatrice. Louise Portal est une grâce dominicale!

Un grand merci à notre invitée du mois: Mme Louise Portal

Louise Portal

Crédit: Gilles Blais

Pour en apprendre plus sur les projets de Louise Portal, c’est ici!

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire